L’écoute

Je vais aborder ici une notion capitale lorsqu’il s’agit de retrouver un morceau à l’oreille : l’écoute. Il y a plusieurs façons d’écouter de la musique : pour le plaisir sans réfléchir, en cherchant à la comprendre, en cherchant à la reprendre… On va voir ici que l’écoute reste le premier pas vers l’apprentissage d’un morceau à la guitare.

       1. L’écoute plaisir

On commence par le plus simple. A ce stade on ne réfléchit pas sur ce qui est joué, on écoute. Ca peut sembler évident mais il faut bien dissocier le fait d’ENTENDRE et d’ECOUTER. On est sans cesse entouré de musique que l’on entend, que l’on perçoit au loin mais écoute-t-on vraiment? Prend-on encore le temps d’écouter de la musique dans de bonnes conditions, sans rien faire? Sans tapoter sur son ordinateur ou son téléphone?

Prenez le temps d’écouter… les yeux fermés, au casque ou plugs ou bonnes enceintes, il faut un son de qualité pour profiter de la musique. Il faut prendre le temps aussi, l’important c’est de profiter de la musique et rien d’autre.

        2. L’écoute analytique

Vient ensuite un autre type d’écoute que j’appellerai l’écoute analytique. Tout simplement parce que lors de ce type d’écoute, on va se concentrer sur la compréhension globale de la structure : on va rechercher les refrains, les couplets, les breaks, les solos… On va également essayer d’anticiper la technicité de ces passages pour voir s’ils sont abordables, repérer les difficultés à venir. Il y a énormément de choses à écouter avant de véritablement s’attaquer à la reprise, listons!

La structure globale (quand arrivent les refrains et couplets, le pont, le solo éventuel etc…)

Les changements : est-ce que le couplet est toujours joué de la même manière? Même question pour les refrains. Très souvent il y a une sorte de progression à l’intérieur d’un morceau et cette progression se ressent parfois dans le jeu : on modifie la rythmique, on ajoute des « fioritures » aux accords etc…

La difficulté : essayer d’anticiper les difficultés de jeu du morceau. Qu’il s’agisse de rythmique, de jeu en legato, d’accords difficiles à reconnaître, il faut connaître ses propres points faibles et points forts pour anticiper au mieux les passages à problème.

       3. Le « décortiquage »

C’est ici qu’on passe aux choses sérieuses. Selon l’expérience on va pouvoir tirer plus ou moins de choses de cette écoute. Pour résumer, c’est ici que l’on va s’atteler à la reprise. Généralement je travaille de deux manières : une première partie sans la guitare et une avec.

Dans la partie sans guitare, on va tenter de deviner les doigtés des différents riffs (c’est pour cela que je parlais d’expérience, ce n’est pas évident quand on débute mais ça le devient avec le temps), les accords utilisés etc. Pour la main gauche on peut commencer par essayer de repérer des intervalles déjà entendus et maîtrisés ou les accords. Par exemple, lorsque l’on écoute du ACDC, on reconnaît sans difficulté les accords qui reviennent régulièrement (Mi, Ré, La, Sol) ce qui fera un excellent entraînement pour les débutants. Si l’on s’intéresse aux solos de Metallica et de Hard en général, on entendra souvent des petits « licks » qui reviennent de solos en solos ou de riffs en riffs. Pour la main droite, rien de mieux que de jouer dans le vide! Je ne peux que vous conseiller de jouer avec un médiator contre votre jambe par exemple et ce où que vous vous trouviez (dans la voiture, dans les transports, dans la poche…). Cela vous permettra de ne vous concentrer que sur la main gauche lors du travail à la guitare. Surtout, cela permet de travailler sans s’en rendre compte et donc sans se lasser (je pense surtout aux groupes avec des rythmiques complexes comme Dillinger Escape Plan ou Meshuggah pour les petits sauvages!).

– Une fois ceci effectué, le travail est déjà considérablement mâché! Pas la moitié mais pas loin! La structure, les changements, les effets de jeux sont connus et donc anticipés il ne reste plus qu’à concrétiser tout ça! Mon conseil est de travailler de manière non linéaire. Je m’explique : commencez par reprendre ce qui est le plus simple et qui constitue la plus grande partie du morceau (couplets et refrains en général). De cette manière vous allez vous encourager vous-même car vous avancerez à grands pas. Un passage bloque? Ne le laissez pas de côté! Essayez de décortiquer ce que vous pouvez, même au ralenti peu importe, l’idée est vraiment de dégrossir. Et on continue comme cela du plus simple au plus compliqué. A la fin de ce travail c’est un puzzle : on remet le morceau en route et c’est parti! On rejoue par dessus sans trop de volume à la guitare car les pains seront au rendez-vous, on est toujours dans l’écoute pas encore  véritablement dans l’entraînement, il faut entendre le morceau original.

Conclusion 

Tout est une question de plaisir. La musique doit le rester, donc attention au travail systématique et aux répétitions sinon vous allez vous lasser. Quoiqu’il en soit surtout MULTIPLIEZ LES SITUATIONS D’ECOUTE! Chaine Hi-Fi, lecteur mp3, voiture, écoute exclusive, écoute en fond… Chaque écoute peut révéler différents détails selon le matériel utilisé et l’attention portée. Si vous voulez reprendre un morceau par vous-même, il faudra vraiment bien le connaître. N’hésitez pas à vous intéresser aux autres instruments aussi cela peut aider à comprendre les rythmes et autres subtilités.

Une réflexion au sujet de « L’écoute »

  1. Ping : Nouvel article : L’écoute | Guitare débrouille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s